Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Libération de Aïvo et de Madougou : Le judicieux plaidoyer de Moïse Kérékou

Moïse Kérékou plaide pour la libération de Madougou et Aïvo
0 1 627
Moïse Kérékou

Après un long moment de silence et de réflexion, l’ex-ambassadeur du Bénin près la Turquie, Moïse Kérékou est sorti de son silence. A l’occasion de cette période de campagnes électorales dans le cadre des législatives du 08 janvier 2023, l’homme renoue avec la parole, pour opiner sur l’actualité politique nationale assez dense.

Entre autres sujets abordés lors de cette sortie médiatique à travers sa page facebook, le séjour carcéral de ses ex-alliés politiques pendant la période de l’élection présidentielle de 2021, notamment Joël Aïvo et de Reckya Madougou. Avec un langage de vérité qu’on lui connait depuis toujours, Moïse Kérékou est resté égal à lui-même. Au nom des valeurs de l’humanisme qui l’anime, il fait le plaidoyer à l’endroit du chef de l’État Patrice Talon, pour demander la libération des compatriotes Joel Aïvo et Reckya Madougou, ainsi que tous les autres détenus dits « politiques ».

Moïse Kérékou plaide pour la libération de Madougou et Aïvo

En dehors de cette préoccupation majeure, Moïse Kérékou a tenu à faire quelques clarifications logiques liées à son combat politique, au sein du parti « Les Démocrates ». Dans un style sans détour, l’homme a été très en verve, pour dénoncer des manœuvres politiques indignes et dolosives le liant encore à cette entité politique de l’opposition. Intervenant au nom du « Mouvement Pour la Relève » (MPR) qu’il préside depuis 2010, il a rappelé son appartenance à part entière au parti « Forces Cauris pour un Bénin Émergent » (FCBE).

Occasion de faire une brève genèse du parti « Les Démocrates » qui ne serait pas représentatif, selon lui, du peuple béninois aux prochaines élections législatives. Une position qu’il défend par le fait des « machinations sordides et coups bas » au sein du parti, trop nostalgique des conflits politiques inutiles et les élans de vengeance. En un mot, des vérités de couvent qui nécessitent d’être portées à la connaissance de l’opinion publique, au regard de leur teneur.

Rappelant le triste feuilleton ayant conduit à l’élection présidentielle d’avril 2021, Moïse Kérékou déplore l’inactivité et le silence coupable de certains acteurs politiques, sages, notables de Porto-Novo et même des responsables de la société civile, au lendemain des arrestations de Joël Aïvo et de Reckya Madougou. Aux détracteurs qui voient sa main invisible derrière ces arrestations, l’ex-ambassadeur Moïse Kérékou pardonne, comme le faisait, naguère, son géniteur, feu Général Mathieu Kérékou.

Pour finir, Il a fait un plaidoyer pour le retour au bercail de tous les exilés dits « politiques », quelle que soit la raison de leur exil, afin de faciliter leur re-intégration sociale. Il réitère son engagement à soutenir et encourager les belles initiatives de développement du président Patrice Talon.
➖➖➖➖
Soyez toujours le premier à avoir l’info grâce à notre application mobile Tempête Infos à télécharger ici👇🏾
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.hostingforstream.tempeteinfos

Loading...