Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

FRANCE : Damien Tarel, le gifleur du Président Macron, condamné à 18 mois de prison dont 04 ferme 👉🏾Lire les motivations qui expliquent son acte

0 1 166

48 heures après son acte odieux, le verdict est tombé pour l’homme qui a giflé le Président de la République de France dans le département de la Drôme le mardi 08 juin dernier. Alors qu’il risquait jusqu’à 03 ans de prison et 45.000 €uros d’amende, Damien Tarel, 28 ans, a été condamné ce 10 juin 2021 au Tribunal de Valence, à 18 mois d’emprisonnement dont 04 mois ferme. Ceci, pour “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique”.
Suivant les réquisitions du procureur, le tribunal a ordonné un mandat de dépôt.

À l’audience de comparution immédiate, le “gifleur d’Emmanuel Macron” a reconnu les faits tout en niant un geste prémédité. Son avocate, Me Elodie Guellier, quant à elle, plaide pour du sursis probatoire et des travaux d’intérêt général ; “une sanction, mais surtout pas d’incarcération”.
Mais les juges ont plutôt suivi les réquisitions du procureur.

LIRE AUSSI :  Soupçonné mort depuis des semaines : Le Président camerounais Paul Biya se dévoile enfin, après une annonce de Macron

Oui, le geste est “inapproprié” reconnaît Damien Tarel. En revoyant les images de la scène, il se dit lui-même surpris par “la violence du coup” qu’il a porté au visage d’Emmanuel Macron. Mais, “c’était un geste spontané”, ajoute-t-il.
Dans ses explications à la barre, Damien avait prévu d’interpeller Emmanuel Macron d’une autre manière. Dans un gilet jaune qu’il voulait auparavant enfiler, il avait prévu brandir un drapeau français, lancer des oeufs ou d’entarter le Chef d’État français.

Mais hélas ! Rien de tout celà ne fut fait.
A Tain l’Hermitage, “J’ai vu en Emmanuel Macron, le mensonge d’une démarche électorale” raconte Damien T., visiblement animé d’un sentiment d’injustice après que des “Gilets Jaunes” aient été écartés un peu plus tôt du chemin présidentiel.

LIRE AUSSI :  MALI/Après le coup d'État : Comment le pouvoir sera géré pendant les 09 mois de transition (Un nouveau Président de la République sera élu le 25 mai 2021)

Interprétant les faits, le procureur, Alex Perrin parle de “la volonté de rabaisser, d’humilier”. “C’est une atteinte intolérable à l’institution, à la présidence de la République”, poursuit-il.
Pour rappel, le Président Emmanuel Macron n’a pas déposé plainte contre son gifleur. Il a plutôt relativisé le geste, dénonçant des “faits isolés” commis par “des individus ultraviolents”.

✍🏾La Tempête Infos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend