Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Fermeture de la frontière Bénin-Nigeria : Voici pourquoi le Bénin risque le prolongement du délai de la sanction

0 142
Fermeture de la frontière Bénin-Nigeria
Voici pourquoi le Bénin risque le prolongement du délai de la sanction
Publié le 16 Sept. 2019 à 19h 05’
Par Loth HOUSSOU, La TEMPÊTE
Le président nigérian Muhammadu Buhari n’entend pas lâcher du lest

Bientôt un mois que le Président de la République fédérale du Nigeria a pris une mesure hardie contre ses voisins limitrophes et a ordonné la fermeture de ses frontières sans préavis. Aucune marchandise ne passe, excepté les personnes munies de leurs passeports et des véhicules privés.

Grande sanction entraînant d’énormes conséquences économiques contre des milliers de commerçants de ces trois (03) pays que sont le Bénin, le Niger et le Burkina Faso, le délai annoncé pour la levée de la sanction risque d’être prolongé pour le Bénin.

En effet, suite aux interventions de l’instance dirigeante de la CEDEAO, raison a été donnée au gouvernement nigérian. Ce qui induit que les pays concernés (le Bénin, le Niger et le Burkina-Faso) devront prendre des mesures pour se conformer aux dispositions légales. Et déjà, les deux autres pays à savoir le Niger et le Burkina Faso se mettent déjà au pas, à travers des décisions officielles qui interdisent la réexportation de riz asiatique.

Selon nos sources, le Bénin, principal pays touché par cette sanction au regard de l’important volume de commerce entre les deux pays (60%), n’a encore pris aucune décision. Le Président Muhammadu Buhari n’entend pas fléchir, malgré les multiples sollicitations et rencontres intervenues entre lui et son homologue du Bénin, Patrice Talon.

Ainsi, la frontière Bénin-Nigeria restera encore fermée car le Bénin traîne encore les pas, à cause d’importants revenus tirés par  « Bénin Control », une société appartenant au Chef de l’Etat, gestionnaire du Programme de Vérification des Importations (PVI).

Rappelons que cette sanction est survenue à cause des « frontières poreuses » qui ont été depuis longtemps utilisées par les contrebandiers, avec la complicité bien connue des responsables de douanes pour faire sortir du Nigeria, les produits pétroliers et pour faire entrer sur le territoire nigérian des produits importés non déclarés à la douane, causant ainsi d’énormes pertes pour les recettes douanières du gouvernement nigérian.
LIRE AUSSI :  Tension socio-politique au Bénin : L’analyse-réflexion d’un universitaire qui interpelle

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend