Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

ÉCHOS CRIET : À la barre, Joël Aïvo parle de ses 8 mois de galère

0 1 201

Après les passages à tour de rôle de ses 3 co-accusés, le professeur Frédéric Joël Aïvo raconte à la barre, fixant droit la présidente de la cour et raconte ses déboires et galères dans laquelle il végète depuis 8 mois. Morceaux choisis.

« Depuis huit (08) mois, l’État m’a abandonné et livré à mes adversaires politiques. Depuis huit (08) mois, je n’ai rencontré sur mon chemin de croix aucun serviteur de l’État soucieux de mes droits. Madame la Présidente, l’État m’a abandonné aux mains de mes accusateurs qui ont eu le loisir de faire de moi ce qu’ils ont voulu et parfois en violant les lois de la République. En huit (08) mois, on m’a affligé toute forme d’humiliation : Me voici en gilet de prisonnier devant vous. J’en ai en bleu barré jaune fluor et en bleu barré rouge fluor. Je suis présenté devant le Procureur Spécial, je suis présenté au Juge d’Instruction, puis enfin en session criminelle, comme un criminel…

LIRE AUSSI :  Affaire Armand Gansè : Après l’OCRC hier vendredi, rendez-vous au Tribunal de Cotonou le mardi 28 avril 2020

…J’ai connu la sirène hurlante de la Police et de la voiture des prisonniers. J’ai même connu les menottes, oui les menottes, car figurez-vous, que le Capitaine Rodrigue RIDAGBA, Régisseur de la Prison Civile de Cotonou m’a posé les menottes pour quelques minutes sur un trajet de moins de dix (10) mètres à l’intérieur de la prison avant de me les enlever une fois dans la voiture.

Evidemment, chacun savoure le trophée qu’il tient en main. Madame la Présidente, j’ai dit que l’État m’a livré à la vengeance et à la punition de mes adversaires et que la justice ne s’est jamais préoccupée de mes droits. Au contraire. En prison, j’ai connu l’insalubrité de ma cellule, l’indignité, l’humiliation de recevoir mon épouse debout et parfois sous la pluie.

LIRE AUSSI :  Précédemment poursuivi par mandat d'arrêt en 2019 : Bertin Koovi bénéficie d'un non-lieu en mai 2021

Depuis huit (08) mois, je n’ai jamais pu m’asseoir avec ma femme pour régler les problèmes de nos enfants. Cette maltraitance que je subis depuis huit (08) mois sans avoir rien fait à personne, c’est mon chemin de croix. Je porte ma croix depuis huit (08) mois et je serai prêt, si c’est votre décision, à reprendre ma croix et à la porter de nouveau avec dignité et patriotisme. »

✍🏾La Tempête Infos avec Comlan Hugues Sossoukpè

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend