Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Depuis ses lieux de détention : L’artiste Ferré Gola envoie une lettre à sa fille Osias qui l’a fait emprisonner pour plusieurs mois (Émouvant !)

Ferré Gola et sa fille qui l'a fait emprisonner
0 2 585
Ferré Gola et sa fille qui l’a fait emprisonner

Alors qu’il était en France, en compagnie de son staff, pour une tournée européenne, l’artiste Congolais de la Rumba, Ferré Gola a été arrêté puis jeté en prison en France le 05 juin 2022, pour purger une peine de 9 mois dont 3 fermes. En effet, sa fille Osias Gola l’a accusé de l’avoir tabassée et rasé le crâne, parce qu’elle s’exhibait en tenue légère sur les réseaux sociaux. Absent lors du procès qui a eu lieu en 2020 pendant la crise sanitaire, le juge a retenu contre l’artiste Ferré Gola, les coups et blessures volontaires sur son enfant. L’artiste congolais s’est vu être interpellé à l’aéroport, avant d’être conduit chez le juge pour qu’il purge sa peine.

Depuis son périmètre de détention, il décide de se libérer. Lisez plutôt.

« Bonjour ma fille,

Je t’écris depuis ma cellule où tu m’as envoyé troupir pour trois mois. Mon nom est Bataringe Gola Hervé. Je suis artiste musicien Congolais. Je suis le 3è fils de ta grand mère Marie Makiesse, une mère vaillante qui s’est battue pour donner une bonne éducation à ses enfants.

Ma fille Osias,

Tes choix de vie et ta conduite m’ont poussé à bout et j’ai franchi une limite : celle de mettre la main sur mon enfant. Je suis un artiste, une personnalité publique. Cette vie d’artiste m’a fait commettre certaines erreurs de jeunesse. Comme tu le sais, tu es l’une de mes 18 enfants. Je ne suis pas un homme parfait. Je crois même que j’ai beaucoup de défauts. Je t’ai battue parce qu’un père n’a pas vocation à voir sa fille s’exhiber sur les reseaux sociaux et cheminer dans une vie de débauche. Pour avoir essayé de te proteger, je me retrouve emprisonné à la suite de ta plainte.

Ma fille Osias,

Je suis né au Congo, dans une famille pauvre. Je suis un enfant du quartier Bandal. Maman Marie Makiesse, ta grand mère, s’est débrouillée pour nous éduquer. Elle n’a jamais fait la pr●stitution pour nous préparer le Mpondu (feuilles de manioc). Nous n’avions rien comme biens, mais notre coeur était rempli de joie, de dignité et d’amour.
Ma mère m’ a appris à rester digne et fier de moi. Faute de moyens, je n’ai pas pu faire de longues études. Je n’avais que ma voix pour changer le monde. Ferre Gola s’est battu pour intégrer le Wengue Music en 1997. J’y ai appris les ficelles du métier. Parfois, je n’avais pas de sous pour me rendre aux répetitions. Je m’y rendais à pieds. J’ai connu des hauts et des bas. Je connais la douleur du mépris et de l’indifference. Pendant ces moments difficiles, je n’avais pas mon père pour m’empêcher de commettre certaines erreurs.  »

 

✍🏾La Tempête Infos

Loading...