Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Violences post-électorales au Bénin : Un lourd bilan de sept (07) morts, avec plusieurs blessés graves L’opposition fait diligenter une enquête des organismes internationaux pour situer les responsabilités

0 134
Violences post-électorales au Bénin
Un lourd bilan de sept (07) morts, avec plusieurs blessés graves
L’opposition fait diligenter une enquête des organismes internationaux pour situer les responsabilités
Publié le 04/05/2019 à 15h 45’
Par Loth HOUSSOU, La TEMPÊTE

Les échauffourées connues les 01 et 02 mai 2019, au lendemain des législatives du 28 avril, survenues après la supposée « tentative d’arrestation de l’ex-Chef d’Etat Boni Yayi» ont enregistré un lourd bilan.
En dehors des dégâts matériels qu’on pourrait chiffrer à plusieurs millions de Francs cfa (les casses et incendies de parc de vente de véhicules neufs; de station d’essence, de poteaux électriques, etc.), de nombreuses pertes en vies humaines font alourdir malheureusement le bilan.
A en croire les forces de l’opposition face à la presse hier vendredi 03 mai 2019 au siège de “Vidolé” désormais baptisé “Siège national de résistance”, sept (07) civils Béninois ont été tués par balles dont 05 à Cotonou et 02 dans d’autres localités du pays.
Parmi ces victimes, se trouve malheuresement une femme enceinte qui a été fusillée, alors qu’elle était retranchée devant le portail de l’ex-Président de la République, comme beaucoup d’autres citoyens. A ces citoyens morts pour la patrie, s’ajoutent plusieurs blessés entre la vie et la mort, aux soins d’urgence dans plusieurs hôpitaux dont le Centre National Hospitalier Universitaire (CNHU) de Cotonou.
A en croire Eric Houndété, premier vice-président de l’Assemblée Nationale du Bénin et porte-parole pour la circonstance, les forces de l’opposition n’avaient prévu aucune manifestation le mercredi 1er mai, contrairement à ce qu’a avancé le Ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, raison de la présence des forces de l’ordre aux alentours du domicile privé de l’ex-Chef d’Etat Béninois, Boni Yayi.
Après avoir présenté leurs profondes condoléances aux familles des victimes, les forces de l’opposition ont dénoncé l’usage d’arme à feu sur des populations civiles à mains nues, de véritables actes de barbarie à ne jamais souhaiter au Bénin connu de par le monde entier comme un pays où règne une paix durable.
« Nous exigeons une enquête sur la supervision des organismes internationaux sur la mort des compatriotes tombés sur les balles du pouvoir de Patrice Talon », a déclaré le porte-parole Eric Houndété, afin de situer les responsabilités.

Nous y reviendrons.
LIRE AUSSI :  Face à face Chef de l’Etat-Opposition hier : Patrice Talon ne veut pas fléchir

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend