Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité
- Advertisement -

- Advertisement -

SPIRITUALITE/METAPHYSIQUE : LE SIGNE ASTROLOGIQUE DU BENIN (1ère partie ) ✍🏾Par le Métaphysicien et Plasticien AMOUSSA Abdou RAHIMI

0 464

Les souffrances terribles que traversent les Béninois, la multitude de problèmes physiques ou psychiques dans un climat angoissant de plus en plus lourd, ne sont que des symptômes d’une unique maladie : l’étouffement des âmes sous le poids du psychisme, individuel et collectif. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de fuir la matière pour le sommet d’une montagne, un ashram ou un couvent, mais d’AGIR dans le monde matériel quotidien, dans la conscience du ARI, le Lion Spirituel, l’Amour infini toujours présent qui accompagne en vérité, chacun de nous à chaque instant.

Grand mammifère carnivore de la famille des Félidés au pelage fauve orné d’une crinière chez le mâle, le LION porte en lui-même, diverses qualités que les hommes, dans diverses traditions, ont exploitées et manipulées en tant que Symbole. Et tout symbole ne s’épuise jamais, car il conserve d’autres dévoilements possibles, nouveaux, complémentaires etc.….
Et le symbole est comparable à une clé : “A chaque tour de clé, une signification est donnée… à qui connaît le rythme de la serrure, mais ce n’est qu’après toutes les épreuves que la porte s’ouvre”.

I. SYMBOLISME DU LION
La Légende rapporte l’histoire d’un chevalier qui accompagna Raymond de Saint-Gilles en Terre Sainte et qui participa à la bataille d’Antioche en ces termes : « Pendant qu’il faisait de célèbres excursions contre les ennemis, il arriva qu’il fut attiré par les rugissements d’un LION qu’un énorme serpent serrait dans ses replis. Ses compagnons d’armes le dissuadèrent en vain.
Ce chevalier s’élança avec audace et coupa le reptile de son épée, et délivra ainsi le LION. Et chose admirable, reconnaissant le bienfait qu’il venait de recevoir, le LION suivit GEOFFROI, le chevalier, son sauveur comme un lièvre et ne le quitta point pendant toute la croisade et lui fut plusieurs fois utile, soit à la chasse, soit à la guerre. Et toutes les fois que son Maître était attaqué par les ennemis, le LION se précipitait sur eux et les renversait.
Le LION n’abandonna point le chevalier GEOFFROI lorsque ce dernier décida de retourner dans son pays, malgré que les nautoniers refusèrent de le recevoir sur leur bâtiment, parce qu’ils regardaient le LION comme un animal cruel : le LION suivit son maître à la nage jusqu’à ce qu’il succomba de fatigue et périt dès lors dans les flots de la mer ».

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ : Les vertus de l’initiation dans les temples de OGU (1ère partie) (Que faut-il pour entreprendre la voie du guerrier ?) (Les six obstacles à la voie du guerrier)

Le lion est une figure dominante dans plusieurs traditions. C’est ainsi que dans la tradition israélite, le Lion est le symbole de la tribu de Juda dont sont issus les rois de Juda et d’Israël de lignée Davidique. Le lion illustre le symbole de la force dans l’énigme posée par Samson aux Philistins dans le Livre des Juges (14 :12-14). Le symbole du Lion est également présent dans la prophétie d’Ezéchiel appelé les « quatre vivants ». Le lion est très présent dans le panthéon mythologique égyptien avec RÊ ou RA, le dieu du Soleil figuré par un lion sur la tête duquel reposait le Soleil. D’autre part, dans cette même Egypte, en face du Dieu solaire suprême représenté par un Lion, se trouve SEKHMET, la déesse de la guerre et de la médecine, qui était, elle, figurée par une lionne. On lui attribue des pouvoirs prodigieux de destruction et de violence, mais aussi de régénération.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ : Le Code des « AGBONNON » (3è partie : De la nécessité du sacrifice)

Depuis l’époque médiévale, le Christ est comparé au lion, figurant par sa sagesse, sa force maîtrisée, la connaissance, le pouvoir et la justice. C’est ainsi que Jésus mort crucifié et ressuscitant en Christ est comparé au phénix.

Dans les civilisations antiques du Moyen-Orient, le lion est représenté comme gardien des temples. La figure du lion est opposée sur les portes et les remparts des villes, parce qu’elle est synonyme de protection et de puissance.

Animal solaire, le lion symbolise universellement la royauté, la puissance et la noblesse. Il est chargé des qualités et défauts liés à son rang. Malgré ainsi son symbolisme de l’incarnation du Pouvoir, de la Sagesse, de la Justice, en revanche, l’excès de son orgueil et de son assurance font de lui un symbole du Père, du Maître, du Souverain, ébloui par sa propre puissance, aveuglé par sa propre lumière et qui devient tyran, en se croyant protecteur. Le lion est à la fois admirable autant qu’insupportable.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ/MÉTAPHYSIQUE : LES 4 JUDAS DE LA RESURRECTION DU BENIN (2è partie : L’Emergence et l'Immergence)

Symbole de Justice, le Lion est à ce titre garant du pouvoir matériel ou spirituel. C’est ainsi qu’il est le symbole du Christ-Juge et du Christ Docteur dont il porte le livre ou le rouleau.
Les Bambaras en Afrique frappés par la force sereine du lion, en ont fait une allégorie du Savoir Divin et un grade dans la hiérarchie sociale traditionnelle.

Cependant, les défauts de cette force tranquille, lorsqu’elle en vient à ne plus pouvoir se remettre en question, font du lion comme le souligne Saint Jean de la Croix, un symbole de la force incontrôlée et d’une volonté impérieuse, avide et aveugle. Aussi du lion, symbole du Christ, il vire au lion, symbole de l’Antéchrist illustrant une pulsion sociale pervertie, c’est-à-dire la tendance à dominer en despote et à imposer brutalement son autorité et sa force.

👉🏾A suivre dans la 2è partie, demain Vendredi 11 décembre 2020, Inch’Allah🙏🏾

Maître AMOUSSA Abdou RAHIMI
Métaphysicien, Plasticien
☎️CONTACTS Appel et WhatsApp : +229 97081075 / 95955924
Arconville, Abomey-Calavi, BENIN

Video Leader 1

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend