Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité
- Advertisement -

- Advertisement -

Spiritualité/Métaphysique : LE CHRIST ET L’ESPRIT « AGBONNON » (2è partie : Le mystère caché de l’appellation « Être né de nouveau »)

0 464

 

✍🏾 Par Maître Amoussa RAHIMI

Comme nous le savons, le développement total du corps physique se poursuit à travers les âges de 7ans, 14ans et jusqu’à 21ans. Aussi le corps physique n’est complet dans son développement qu’à 21ans montrant ainsi que tout homme naît incomplet. Et cela, les parents doivent le signifier aux enfants afin que la fornication à laquelle s’adonnent les adolescents avant 21ans soit interdite. L’activité sexuelle devrait commencer seulement à l’âge de 21ans. Avant 21ans, l’énergie sexuelle n’a qu’un seul objectif : parachever le développement du corps physique.

Et c’est seulement à partir de 21ans que l’énergie sexuelle se trouve libre pour d’autres activités. Et normalement, la principale activité à laquelle elle devrait servir, c’est de fabriquer les corps supérieurs de l’être, pour l’avènement de la seconde naissance expliquée par le Kabîr Jésus à Nicodème.
La matière sexuelle, l’énergie créatrice qu’est le sperme sacré participe de la puissance du cerveau lorsqu’elle n’est pas gaspillée à travers la masturbation à laquelle s’adonne la jeunesse, qu’elle soit masculine ou féminine, ruinant ce faisant leur cerveau, flétrissant leurs beaux visages, épuisant leur volonté.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ : Symbolisme et rôle des jours de naissance (5è partie) (La Lune et le Lundi : que devrions-nous y retenir ?)

Sachons- le ! Le désir refréné transmute complètement le sperme sacré en énergie créatrice qui n’est autre chose que le mercure des alchimistes et des sages qui, seul participe de la création des autres corps ou véhicules que sont : les véhicules astral, mental et causal ou solaire. En vérité, la seconde naissance, c’est la fabrication des corps solaires, c’est la naissance du fils de l’homme, le fils de la Super-Conscience, la naissance du « AGBONNON ».
« Si le grain ne meurt, la plante ne naît pas ».

Il est nécessaire de mourir. Mais qu’est-ce que nous devons faire avant de mourir en nous. Sinon, ce qui ne permet pas à notre conscience de s’émanciper, c’est-à-dire notre EGO, l’ensemble de nos défauts, nos erreurs psychologiques. Et ce travail d’annihilation de cet Ego se pratique sur le terrain de la vie pratique, dans la rue, au travail parce que c’est dans nos frottements divers avec nos prochains que nos défauts que nous tenons cachés affleurent de manière spontanée.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ/MÉTAPHYSIQUE : LES 4 JUDAS DE LA RESURRECTION DU BENIN (2è partie : L’Emergence et l'Immergence)

Aussi, nous devons vivre en alerte comme la sentinelle en temps de guerre et au moyen de l’auto réflexion évidente de l’être, connaître directement n’importe quel défaut. Ainsi, un défaut découvert doit être immédiatement jugé, soumis immédiatement à l’analyse : Découverte, Jugement et Exécution, de tel ou tel défaut évènement et manifestation.

Découverte lorsque l’on a constaté le défaut en action, en manifestation. Jugement ou compréhension, lorsque l’on connaît toutes les racines du défaut. Exécution avec l’aide de Saint Esprit. Naturellement donc, nous devons découvrir le défaut que nous voulons éliminer et seulement ensuite, comme seconde exigence, nous devons travailler sur ce défaut, chercher à le comprendre et enfin en troisième position, l’éliminer en faisant appel à notre mère divine.
Le troisième facteur de la révolution de la conscience ou triangle du changement véritable, c’est le sacrifice pour l’humanité, mais un sacrifice qui ne désire pas le fruit de l’action, sans vouloir de récompense : sacrifice désintéressé, pur, sincère, en donnant sa vie pour que d’autres vivent et sans demander rien en récompense.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ : Symbolisme et rôle des jours de naissance (7è partie) Voici ce que nous devrions éviter les Mercredis

Dire que nous aimons nos semblables en n’accompagnant pas, en ne démontrant pas cet amour par des faits concrets, clairs et définitifs est paroles inutiles et vaines. Nous devons brandir la torche de la sagesse pour illuminer le chemin des autres. Celui qui veut la félicité doit lutter pour la félicité des autres.

Plus nous donnons plus nous recevons ; mais à la personne qui ne donne rien, il lui sera enlevé même ce qu’elle a.

Osons combattre
Osons lutter
Osons-nous affronter nous-mêmes.
A suivre, la 3è et dernière partie, vendredi 31 juillet prochain.

Maître AMOUSSA A. RAHIMI
METAPHYSICIEN, PLASTICIEN
Contact Appel et WhatsApp : +229 97081075

Video Leader 1

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend