Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité
- Advertisement -

- Advertisement -

Spiritualité/ Métaphysique : La voie cardiaque des « Agbon-non » (2è partie)

0 250

Par le Métaphysicien et Plasticien Maître Rahimi Abdou AMOUSSA

 

Et comme l’a mentionné Victor HUGO : « il advient que nul ne peut s’évader de lui –même ». Les situations extérieures de l’existence sont déguisées, les événements réels sont niés, les légitimes investigations sont déviées de leur route, les actions néfastes sont converties, les applaudissements de la société de consommation sont conquis mais la vie commune est impossible entre l’individu de l’intérieur et celui de l’extérieur, entre l’être réel et sa personnalité hypocrite. L’Occasion surgit constamment à l’occasion de laquelle, les valeurs intérieures se réveillent et la dichotomie entre ce qu’il est et celle qu’il extube produit une blessure de la personnalité qui ouvre le champ à des désordres dépressifs profonds, les uns psychotiques, les autres hallucinatoires.

La vie commune saine entre l’être spirituel et le monde extérieur dans lequel il transite n’étant pas possible, la fuite vers les conflits et les déviances de conduite devient inévitable, générant des tourments qui pourraient être auparavant dilués au moyen de l’harmonisation entre ce à quoi il aspire et la façon dont il se conduit ».
Et en vérité, l’on ne peut que se lamenter que pour ceux ou celles qui usurpent la société au travers d’actes sombres et malhonnêtes, car ils ou elles ne savent pas ce qu’ils ou qu’elles font. Jésus ni Mahomet ne se sont jamais livrés à des ententes secrètes avec la société pernicieuse de leur temps.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ/MÉTAPHYSIQUE : Le Code des « AGBONNON » (2è partie)

La corruption constitue une gangrène qui tue la Nation dans son corps et dans son âme et sur le plan spirituel, la forme la plus accomplie de la corruption, est celle où la population afin de couvrir ses besoins de base et bénéficier d’une aide, doit faire hypocritement allégeance, se prostituant dans des circuits du pouvoir, aliénant son âme à travers des crimes rituels, des incestes sur les filles et fils, ainsi que la sodomie.

Sur le plan moral, la corruption a engendré l’individualisme, des comportements de « Sauve-qui-peut » ou de « chacun pour soi et Dieu pour tous ». La corruption oblige des individus doués à se livrer à la recherche des rentes plutôt qu’à des activités productives honnêtes et formelles, faisant subir ainsi des distorsions au marché du travail et s’illustrant par le faite que certains individus tentent de se faire employer non dans leurs domaines de formation et où ils peuvent être efficaces voire efficients, mais plutôt dans ceux où il leur est possible de tirer grandement profit de la position qu’ils occupent.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ : La voie cardiaque des « Agbon-non » (4è et dernière partie : MATHIEU 7-7) ✍🏾Par le Métaphysicien et Plasticien AMOUSSA Abdou RAHIMI

La corruption est un dommage grave au point de vue matériel et plus négatifs sont ses effets sur les biens immatériels plus étroitement liés à la dimension qualitative et humaine de la vie sociale. La corruption politique compromet le fonctionnement correct de l’Etat en introduisant une méfiance croissante à l’égard des institutions publiques en causant une désaffection progressive des citoyens vis-à-vis de la politique et de ses représentants. La corruption prive les peuples d’un bien fondamental, à savoir la légalité (respect des règles, fonctionnement correct des institutions économiques et politiques, la transparence). La pratique et la culture de la corruption doivent être remplacées par la pratique et la culture de la légalité.

LIRE AUSSI :  SPIRITUALITÉ : Le Code des « AGBONNON » (3è partie : De la nécessité du sacrifice)

La corruption implique un ensemble de relations, de complicité, d’obscurcissement de la conscience, de chantages et de menaces, de pactes tacites et de connivences qui, avant même les structures, mettent en cause, les personnes et leur conscience morale d’où l’urgente nécessité de l’éducation et de la formation morale spirituelle des citoyens. La corruption exploite la personne humaine en l’utilisant avec mépris pour des intérêts égoïstes. Elle empêche, la réalisation du Bien commun du fait qu’elle lui oppose des critères d’individualisme, de cynisme égoïste et d’intérêts partisans illicites. Elle contredit aussi la solidarité parce qu’elle produit l’injustice et la pauvreté en étant en contradiction avec la destination universelle des biens.

…A suivre dans la 3è partie

Maître AMOUSSA A. RAHIMI
Métaphysicien, Plasticien
CONTACTS Appel et WhatsApp : +229 97081075 / 95955924

Video Leader 1

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend