Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Pluies de mousson au Pakistan : Plus de 1.000 morts💀enregistrĂ©s, environ un million d’habitations dĂ©truites et plus de 33 millions d’habitants touchĂ©s (Images)

0 1 001

Depuis juin 2022, les populations du Pakistan, un pays situĂ© au sud de l’Asie, sont victimes d’une catastrophe jamais connue auparavant. Ceci, suite Ă  des pluies diluviennes ayant occasionnĂ© des inondations. Bilan, on parle d’au moins 1.000 morts.

Le bilan des inondations au Pakistan ne cesse d’empirer. ProvoquĂ©es par les pluies de mousson dĂ©butĂ©es en juin, elles ont dĂ©jĂ  causĂ© plus de 1.000 morts dans le pays, selon le dernier bilan publiĂ© ce dimanche par l’AutoritĂ© nationale de gestion des catastrophes (NDMA).

Depuis samedi, 119 personnes sont dĂ©cĂ©dĂ©es, portant le bilan Ă  1033 personnes, tandis que de fortes pluies continuent de s’abattre sur certaines parties du pays. Plus de 33 millions d’habitants, soit un Pakistanais sur sept, ont Ă©galement Ă©tĂ© touchĂ©s par les inondations ; prĂšs d’un million de maisons ont Ă©tĂ© dĂ©truites ou gravement endommagĂ©es, selon le gouvernement.

La NDMA a indiqué que plus de 80. 000 hectares de terres cultivables ont, par ailleurs, été ravagés. En outre, environ 3.400 kilomÚtres de routes et 149 ponts ont été emportés par les eaux.

Samedi, des milliers de personnes ont Ă©tĂ© Ă©vacuĂ©es. De nombreuses riviĂšres de la province de Khyber Pahktunkhwa, parcourue de montagnes et de vallĂ©es escarpĂ©es, ont dĂ©bordĂ© et dĂ©truit des dizaines de bĂątiments, dont un hĂŽtel de 150 chambres emportĂ© par des eaux dĂ©chaĂźnĂ©es. En aval, la crainte d’une inondation autour des berges du fleuve Kaboul a incitĂ© prĂšs de 180 000 personnes du district de Charsadda Ă  fuir leurs maisons, selon les responsables des catastrophes, certains ayant passĂ© la nuit sur les routes avec leur bĂ©tail. « La maison que nous avions construite aprĂšs des annĂ©es de dur labeur a disparu sous nos yeux », dĂ©plore Junaid Khan, 23 ans, propriĂ©taire de deux fermes piscicoles Ă  Charsadda.

Dans la province sud du Sindh, oĂč vivent quelque 500.000 habitants, dĂ©jĂ  massivement touchĂ©s, des torrents d’eau devraient encore arriver dans les prochains jours. AlimentĂ© par des dizaines de riviĂšres et de ruisseaux de montagne sortis de leur lit Ă  la suite des pluies record et de la fonte des glaciers, l’Indus, fleuve qui traverse le Sindh, ne cesse de grossir. Les vannes ont Ă©tĂ© ouvertes pour faire face Ă  un dĂ©bit de plus de 600.000 m3 par seconde, a indiquĂ© le responsable de l’important barrage qui rĂ©gule le dĂ©bit du fleuve.

Le gouvernement a dĂ©clarĂ© vendredi l’état d’urgence et mobilisĂ© l’armĂ©e pour faire face Ă  cette « catastrophe d’une rare ampleur », comme l’a qualifiĂ©e la ministre du Changement climatique, Sherry Rehman. « L’ampleur de la calamitĂ© est plus grande que ce qui avait Ă©tĂ© estimĂ© », a affirmĂ© samedi le Premier ministre Shehbaz Sharif, dans un tweet, aprĂšs avoir visitĂ© les zones inondĂ©es.
A suivre…

Quelques images

âœđŸŸ La TempĂȘte Infos

Loading...