Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

LES ARCHIVES DU 229🇧🇯 : L’origine, l’Ă©popĂ©e et l’implantation actuelle du peuple ADJA, selon l’Ă©crivain Jean Pliya (1Ăšre partie)

0 1 368

En remontant l’histoire de l’humanitĂ©, nous constatons que les peuples ont effectuĂ© de nombreuses migrations, Ă  cause des guerres, des catastrophes naturelles ou des luttes, pour le pouvoir. Tel est le cas du peuple Adja dans le Sud-Ouest en RĂ©publique du BĂ©nin. Nous avertissons nos lecteurs que notre article saura faire la part de la lĂ©gende et ne retiendra que la veritable histologie du peuple Adja. Ainsi, notre rĂ©cit s’articulera autour des axes suivants : origine, Ă©popĂ©e et implantation actuelle.

L’origine du peuple Adja remonte au dĂ©clin de l’empire SonghaĂŻ avec Sonni Ali Ber (1465-1492). L’empire SonghaĂź est situĂ© en RĂ©publique du Niger. De prime abord, l’ancĂȘtre Togbui Anyi quitte le Niger avec les siens pour la ville Ayo au Nigeria. Puis il traverse KĂ©tou au BĂ©nin et arrive Ă  Tado au Togo, ville plateau en RĂ©publique du Togo. Un autre ancĂȘtre nommĂ© ZĂą quitte l’empire de Ouagadougou situĂ© en RĂ©publique du Burkina Faso, passe par le Ghana avec les siens et vient aussi s’installer Ă  Tado. Sans doute, les deux peuples se fusionnent et deviennent le peuple Adja de Tado.

On peut donc dire que le peuple Adja a une double origine : SonraĂź et Mossi. Notons que Tado est une ville situĂ©e sur la rive gauche du fleuve Mono Ă  100 km du littoral, dans un haut plateau oĂč abonde la latĂ©rite. Cette ville Ă©tait le centre mĂ©tallurgique du bassin du Mono et la plaine du fleuve Couffo. Tado avait un quartier dĂ©nommĂ© Alu. Selon la lĂ©gende, Alu Ă©tait l’ancĂȘtre qui descendit du ciel, le marteau et l’enclume Ă  la main. Ceci explique pourquoi Tado Ă©tait une ville qui connaissait le travail du fer dĂšs l’an 1.000. Le roi intronisĂ© se devait de faire alliance avec les dĂ©tenteurs de la puissance mystĂ©rieuse de la forge. Le peuple, de son cĂŽtĂ©, attribue au roi des pouvoirs divins, croyant que de sa santĂ©, dĂ©pendent la fĂ©conditĂ© de la terre et la tombĂ©e des pluies. Le roi prenait le nom de Anyigban-Fyo (roi de la terre).

Il s’asseyait sur un trĂŽne Ă  cinq pieds. Vers l’an 1.500, des querelles de succession ont Ă©clatĂ© Ă  Tado. En effet, la princesse Aligbonon, fille du roi Ahossouho eut un entretien dans la forĂȘt, prĂšs d’un marigot avec une panthĂšre mĂąle. Noeuf mois plus tard, elle donna naissance Ă  un fils baptisĂ© Agassou. Il devient fort et courageux. Il eut de nombreux descendants que l’on nomme les Agassouvi. A la mort du roi de Tado, l’un d’eux, LandĂš, voulut lui succĂ©der.
Mais un fils de princesse ne saurait rĂ©gner, car le pouvoir ne se transmettait pas par les femmes. Les Agassouvi essayĂšrent de le prendre par la force. LandĂš tua le prince Adja qui Ă©tait candidat. On le surnomma Ajahouto, « le tueur d’Adja ». Une bataille s’ensuivit. Les Agassouvi sont vaincus et doivent fuir le pays Tado. Ainsi commença l’épopĂ©e fantastique du peuple Adja.

EPOPEE

En fuyant Tado, LandĂš et les siens emportent les restes de l’ancĂȘtre Agassou, son tabouret, sa lance et un de ses instruments de musique. Ils traversent SahouĂš, DĂ©kanmĂš, puis ils vont s’installer dans une zone AĂŻzo, dans un village dĂ©nommĂ© Allada. Ils y enterrent les restes d’Agassou. Ils dĂ©signent un prĂȘtre l’Agassounon, chargĂ© de veiller sur le culte de l’ancĂȘtre considĂ©rĂ© dĂ©sormais comme une divinitĂ©. LandĂš meurt. Son fils Lansuhouto lui succĂšde. Ce dernier eut quatre enfants : MĂšdji, ZozĂ©rigbĂ©, Do-Aklin. Le nom du quatriĂšme est malheureusement perdu par l’histoire.

A la mort de Lansuhouto, une querelle de succession Ă©clata entre les quatre frĂšres. Les anciens les rĂ©concilient dans le village de HouĂšgbo. MĂšdji est reconnu comme roi d’Allada. ZozĂ©rigbĂ© se dirige vers son pays maternel EkpĂȘ prĂšs de Porto-Novo. Quant Ă  Do-Aklin, il s’en va vers Canan.

đŸ‘‰đŸŸĂ€ demain, lundi 18 juillet 2022, pour la seconde et derniĂšre partie, encore plus intĂ©ressante.

âœđŸŸSource Etudes rĂ©unies et prĂ©sentĂ©es par François de MEDEIROS Editions KARTHALA 2004
« Aperçu sur l’implantation actuelle et les migrations anciennes des peuples de l’aire culturelles Aja-Tado » de Roberto PAZZI

#LaTempĂȘteInfos

Loading...