« La Cour constitutionnelle comprendra que nous sommes lésés et…» : Les Démocrates réagissent au recours des députés de la mouvance devant la haute juridiction

0 1 467

Attaqués par les présidents des deux groupes parlementaires de la mouvance à savoir Aké Natondé (« Union Progressiste le Renouveau ») et Assan Séïbou (« Bloc Républicain ») à travers un recours déposé à la Cour Constitutionnelle, dans le dossier lié à la reprise de l’élection des membres des commissions permanentes de l’Assemblée nationale, les Démocrates ont donné une première réaction.

Interrogé sur cette actualité par la radio Bip Fm, Eugène Azatassou, vice-président du parti de l’opposition a fait savoir : « Nous espérons que la cour constitutionnelle comprendra que nous sommes lésés. Et que l’acte que nous avons posé, c’est une manière pour nous d’exprimer notre indignation à être traité de la sorte ».

En effet, lors de la plénière où devait avoir lieu la reprise des élections le 27 avril 2023, les députés Démocrates ont catégoriquement rejeté les postes de « Secrétaires des commissions » à eux concédés par les députés de la mouvance. Et jusque là, les membres des cinq (05) commissions permanentes de l’Assemblée nationale, 9è législature, ne sont toujours pas au complet. C’est ainsi que les deux députés de la mouvance ont demandé à la Cour Constitutionnelle de constater le respect de la décision Dcc 23-054 du 9 mars 2023 qui ordonne la reprise des élections des membres des commissions suite à un recours des députés de l’opposition.

Pour Eugène Azatassou, en ordonnant la reprise des élections à l’exception des postes de président des commissions, c’est d’abord la Cour Constitutionnelle qui n’a pas comblé les attentes des députés Démocrates qui avaient formulé un recours au prime abord. « Elle leur a pratiquement donné raison en ce qui concerne la question des présidences, et c’est des secrétariats qui nous étaient réservés », s’indigne-a-t-il, avant de continuer.
« Nos camarades députés ont estimé que la raison pour laquelle ils ont réagi comme ça en protestant et en n’acceptant pas, cette raison demeure, puisque ce n’était pas liée à l’opinion de la Cour. C’était liée au fait que nous nous sentions lésés et par conséquent, nous sommes toujours lésés. On a continué à montrer dans notre acte, que nous sommes lésés », a-t-il déclaré.

Pour rappel, l’examen du dit dossier est prévu pour ce mardi 23 mai 2023.
➖➖➖➖
Abonnez-vous à notre chaîne TELEGRAM pour nous suivre 24h/24, en cliquant ici 👇🏾
https://t.me/latempeteinfos

Loading...