Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité
- Advertisement -

- Advertisement -

Face à face Chef de l’Etat-Opposition hier : Patrice Talon ne veut pas fléchir

0 3 191
Publié le 26/02/2019
Par Loth HOUSSOU, La TEMPETE
Telle que annoncée, la rencontre entre le Président de la République du Bénin et les principales figures de l’opposition concernant les polémiques préélectorales a bel et bien eu lieu hier lundi 25 février 2019. Dans la délégation de l’opposition, étaient présents, l’ancien Ministre de la défense Candide Azannaï et l’He Guy Mitokpè de Restaurer l’Espoir, l’He Justin Adjovi et Théophile Yarou des Forces Cauris pour un Bénin Emergeant, l’He Eric Houndété des Forces Clés et Moukaram Adjibadé Koussonda.
 
 
 
Aux côtés du Chef de l’Etat, Sacca Lafia le Ministre de l’Intérieur et Sévérin Quenum, Ministre de la Justice.
Après plus de 03 heures d’horloge d’échanges, on retient qu’aucune ligne n’a bougé. Le Président Patrice Talon est resté ferme sur sa position, renvoyant l’opposition au respect strict des textes.
A l’en croire, la participation des opposants aux élections législatives du 28 avril prochain ne dépend pas de lui. « On ne peut pas forcer la main à quelqu’un de participer aux élections », a-t-il fait savoir.
 
A sa prise de parole, le porte-parole de la délégation des opposants, Candide Azannaï a étalé les inquiétudes, imbroglio et le scénario de tentative de blocage orchestré contre les partis de l’opposition pour les priver du ‘’certificat de conformité ’’, une pièce principale imposée aux partis politiques il y a seulement deux (02) mois, alors qu’elle ne figurait pas au préalable, dans la liste énumérée par la Commission Electorale Nationale Autonome.
« Ce n’est pas à moi de vous dire ce qu’il faut faire. Mais je serais à votre place que je serais capable d’être présent dans la compétition », répondra le Chef de l’Etat. « Donnez le meilleur de vous-même pour être aux élections. L’administration fera ce qu’il faut », ajoutera –t-il.
 
Conscient que la clôture des dépôts des dossiers de candidature est fixée pour le lendemain à 00 heures (ce jour mardi 26 février), le Chef de l’Etat rassure : « … J’ai donné les instructions au Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique et au Ministre de l’Economie et des Finances (direction général des impôts) et au Journal Officiel qui font des heures supplémentaires pour traiter les dossiers ».
Inquiétudes …
Cependant, la délégation des opposants entrevoie, à travers la fermeté de la position du Chef de l’Etat, que tout a été orchestré pour les exclure de la compétition. A les en croire, à l’exception de quelques unes, la plupart des erreurs contenues dans leurs dossiers sont infondées.
 
L’autre pièce qui pose problème, c’est le « Quitus fiscal » délivré par la Direction des Impôts. Pour eux, des figures de l’opposition connues ont été carrément privées de ladite pièce. D’autres ayant fait leurs demandes attendant encore, pendant que des candidats de la mouvance sont servis sans difficultés.
 
En clair, contrairement à ce qu’espérait le peuple après la rencontre, rien n’a bougé. Les problèmes sont restés tels quels.
 
Une conférence de presse a été donnée tard dans la nuit par l’opposition, après la rencontre, au siège du parti Restaurer l’Espoir. Conférence au cours de laquelle des décisions ont été prises.

 

Nous y reviendrons dans nos prochaines publications.
 
 
 
Video Leader 1
LIRE AUSSI :  Exclue des législatives du 28 avril prochain: L’opposition annonce une gigantesque marche de résistance ce matin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend