Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

EXCLUSIF : Une 3è personne guérie du SIDA par un traitement médical (Découvrez la source de la guérison)

0 1 185

Depuis quelques années, les recherches accélérées pour trouver le remède contre le VIH-Sida ont permis aux scientifiques de faire de grands pas. Ce mardi 15 février 2022, les scientifiques annoncent qu’une troisième personne semble être guérie du VIH-Sida. Ceci grâce à une méthode de « greffe de cellules souches », d’après plusieurs médias américains. Les chercheurs s’attendent à étendre l’éligibilité au traitement de pointe des dizaines de personnes supplémentaires chaque année, d’après NBC.

Pour le traitement, les scientifiques ont utilisé des cellules souches du sang du cordon ombilical, qui sont plus largement disponibles que les cellules souches adultes utilisées dans les greffes de moelle osseuse, d’après le New York Times. Les cellules souches des cordons ombilicaux n’ont pas non plus besoin d’être aussi étroitement appariées au receveur que les cellules de la moelle osseuse, a noté le média américain.

La toute première guérison d’une femme par voie médicale

La femme séropositive avait également une leucémie et avait reçu un traitement à partir du sang de cordon ombilical pour son cancer d’un donneur partiellement compatible. Elle a également reçu du sang d’un proche parent, selon le Times. On pense que ce cas est la première fois qu’une femme est guérie médicalement du VIH. Bien que les femmes représentent la moitié des cas de VIH dans le monde, seulement 11 % des participants aux essais de guérison sont des femmes, a rapporté le journal.

Un traitement dangereux

Deux autres ont apparemment été guéris de leur infection du VIH grâce à des traitements similaires, qui ont également été initialement suivis pour des traitements contre le cancer, a rapporté NBC. Toutefois, ces processus thérapeutiques sont incroyablement risqués, car tout le système immunitaire est essentiellement détruit puis remplacé. Les chercheurs pensent qu’il est contraire à l’éthique d’utiliser ce traitement sur toute personne séropositive qui n’a pas un épisode mortel de cancer en raison de l’ampleur des risques associés.

✍🏾Avec La Nouvelle Tribune

Loading...