Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Drame : Au moins 20 chrétiens décapités et plusieurs autres, enlevés par des terroristes en RDC

0 768

Au moins une vingtaine de chrétiens congolais ont été tués et plusieurs autres enlevés le 4 octobre 2022 dans le village de Kainama, en RDC par les membres des Forces démocratiques alliées (ADF), selon un rapport de l’International Christian Concern (ICC), média qui se concentre sur la persécution chrétienne dans le monde entier.

Les 20 victimes ont été décapitées et, selon la CPI, au moins 50 chrétiens ont été assassinés par les ADF depuis début octobre 2022. L’une des 20 victimes du 4 octobre était Sobu Mundeke, un évangéliste de l’Église anglicane du Congo. Lui et sa famille avaient fui les ADF en mai 2022 lorsque les islamistes ont attaqué le village de Vido, tuant 16 personnes.

« Cela me fait mal de vous informer que nous avons perdu 20 chrétiens du camp de Banande-Kainama et notre évangéliste, Sobu Mundeke, est l’un d’entre eux. Leurs corps gisent partout et des maisons ont été incendiées par les rebelles ADF. … Nous avons également confirmé que d’autres personnes sont portées disparues et nous savons qu’elles ont été emmenées par les combattants musulmans », a déclaré à la CPI l’archidiacre Jeanpierre de Kainama.

Le but des ADF « est d’imposer la loi islamique aux chrétiens, et ils le feront en violant la liberté de culte des croyants afin de semer la peur et de recruter davantage de personnes dans l’islam », selon la CPI.

L’évêque du diocèse anglican de Beni a déclaré à la CPI : « Nous perdons des croyants presque chaque nuit sauvagement massacrés ou abattus par les rebelles musulmans. Nous ne connaissons pas tous les cas, mais nous pouvons vérifier que depuis le début de ce mois, 50 ont été tués, et des dizaines emmenés comme otages pour servir les rebelles dans leurs camps à l’intérieur des forêts ».

« Dans le secteur de Ruwenzori, dans la nuit du 1er octobre, ils ont tué 11 personnes avec plusieurs cas de personnes portées disparues. Toujours dans la nuit du 2 octobre, 19 personnes ont été brutalement tuées et d’autres ont disparu à Mambume, Mutuei et Mangazi dans la localité de Mamove, Oicha. Puis dans la nuit du mardi 4 octobre, ils ont massacré 20 personnes à Kainama , et plusieurs autres sont portées disparues jusqu’à présent », a-t-il poursuivi.

✍🏾Avec Lfrii

Loading...