Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Des vidéos de Aya Nakamura en plein rap~p0rt s3xuel ? : Un inconnu menace de les publier, l’artiste parle de chantage et…

0 4 180

La chanteuse-star a déposé plainte le 24 janvier après avoir reçu plusieurs appels d’un inconnu, qui menace de diffuser des vidéos intimes d’elle sur les réseaux sociaux.

Aya Nakamura

La reine de la pop française ne s’attendait certainement pas à devoir, un jour, affronter un maître-chanteur. Et pourtant. Le 24 janvier dernier, Aya Nakamura a poussé les portes du commissariat de Chelles (Seine-et-Marne) pour déposer plainte dans une affaire de chantage à la « sextape ».

Dans ce procès-verbal, l’artiste franco-malienne de 27 ans a détaillé les circonstances dans lesquelles des vidéos intimes lui ont été volées. La jeune mère de deux filles, connue dans le monde entier pour ses tubes tels que l’entêtant Djadja, Pookie ou bien encore Doudou a indiqué avoir été victime d’un cambriolage à son domicile, situé en banlieue parisienne. Des faits qui remontent au 27 décembre 2022.

Un préjudice estimé à 200.000 euros

Cliquez sur ce lien pour intégrer notre groupe WhatsApp: 👇🏾

https://chat.whatsapp.com/HZY6wyxy0W3GegWSLBM09O

Ce jour-là, le ou les cambrioleurs sont parvenus à dérober divers objets et vêtements de luxe ainsi que de l’argent en numéraire. Celle que son entourage surnomme « la Queen » a chiffré son préjudice à près de 200 000 euros. Mais dans l’affolement, après la découverte de ce fric-frac, Aya Nakamura, –  de son vrai nom, Danioko –, ne se serait pas tout de suite aperçue du vol de deux tablettes numériques. C’est sur ces supports que l’artiste francophone la plus écoutée dans le monde avait enregistré plusieurs vidéos personnelles.

Devant les policiers, la jeune femme, née au Mali, puis élevée dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a également précisé qu’un inconnu était entré en contact avec elle par téléphone, le 20 janvier, avant de se montrer menaçant. En substance, l’homme au bout du fil lui aurait décrit certaines scènes de ses vidéos avant de lui réclamer 250 000 euros en échange de son silence et de la non-diffusion de ces enregistrements sur les réseaux sociaux.

Comparée aux méga-stars Rihanna et Beyoncé

En cas de refus de la chanteuse franco-malienne, âgée de 27 ans, dont les places pour les trois concerts en mai à Paris se sont arrachées en quelques heures, le maître-chanteur, qui lui a passé plusieurs appels téléphoniques, promet de les rendre publiques.

Une perspective effrayante pour la carrière de celle qui cumule aujourd’hui 6 milliards de streams, – le nombre d’écoutes de ses chansons sur les plateformes musicales –, 880 millions de vues du clip de Djadja sur YouTube, 8 millions d’abonnés sur Spotify, et encore 20 millions de followers sur les réseaux sociaux (dont près de 2 millions sur TikTok), dont la majorité à l’étranger. Et notamment aux États-Unis, où toute la presse la courtise et où on la compare déjà aux méga-stars Beyoncé et Rihanna. Elle a notamment eu droit à son portrait dans le prestigieux New York Times et vu son visage s’afficher sur un panneau géant au beau milieu de Time Square à Manhattan.

Aya Nakamura n’est pas venue aussitôt déposer plainte après son cambriolage. Peut-être ne voulait-elle pas ébruiter le fait d’avoir été victime d’un vol

Une source proche de l’affaire

Interrogé par le JDD, le procureur de la République de Meaux, Jean-Baptiste Bladier, a indiqué avoir ouvert une enquête préliminaire des chefs de « vol par effraction » et « chantage ». Les enquêteurs du service de police judiciaire de Meaux ont été chargés des investigations.

« L’enquête démarre à peine, confie une source proche de l’affaire. Diverses vérifications sont en cours. Aya Nakamura n’est pas venue aussitôt déposer plainte après son cambriolage. Peut-être ne voulait-elle pas ébruiter le fait d’avoir été victime d’un vol. En revanche, quand elle a reçu ces menaces sans équivoque, elle a décidé de ne pas en rester là. » Sollicitée, son avocate Me Cerasela Vlad a indiqué n’avoir «aucun commentaire à faire sur cette affaire ».

Violences sur voie publique

Deux jours après sa venue au commissariat de Chelles, Aya Nakamura, qui avait été invitée, en juillet dernier, à reprendre son Djadja avec la diva soul, Alicia Keys, sur la scène de l’Accor Arena, s’est retrouvée à la barre de la 12e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Bobigny pour être jugée dans une affaire de violences réciproques avec son ex-conjoint et également père de sa fille cadette, Vladimir Boudnikoff.

Des violences qui avaient débordé sur la voie publique, dans la nuit du 6 au 7 août 2022 à Rosny-sous-Bois. Leur origine ?  « Le fait qu’il soit parti au mariage », a résumé Aya Nakamura, sans plus de détails, devant le tribunal. « On a commencé à se violenter en début de soirée, on a commencé à se bousculer », a-t-elle poursuivi, avant d’écouter la procureure de la République requérir des peines d’amende de 5 000 euros pour elle et 2 000 euros pour son ancien compagnon. Le délibéré a été fixé au 23 février.

« Un symbole »

Un contretemps judiciaire qui n’a pas empêché la sortie, le 27 janvier, de son quatrième album solo, intitulé DNK – la contraction de son nom –, dans lequel elle mêle rythme antillais et R’n’B américain. Un dernier opus déjà « validé » par le très sélectif rappeur Booba sur Twitter.

Aya Nakamura, qui se décrivait encore récemment dans une interview au Figaro comme « un symbole » auquel « beaucoup de jeunes femmes s’identifient », pourrait être prochainement réentendue dans cette affaire dont elle est victime par la police judiciaire de Meaux.

Avec le JDD

➖➖➖➖

Soyez toujours le premier à avoir l’info grâce à notre application mobile Tempête Infos à télécharger ici 👇🏾

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.hostingforstream.tempeteinfos

Loading...
X