Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

CHRONIQUE : Le silence des mauvais et des vendus !

0 304

Il faut être insensé, pour ne pas reconnaître qu’on est déboussolé, pour ignorer les valeurs naturelles, incommensurables, inachetables et naturellement acquises.
Quand le profit occupe 95% de son cerveau, l’espoir ne s’égare, ni ne disparaît, mais il lâche le lâche.
Comment peut-on passer toute une vie sans repère, à s’auto-déclarer, à s’accorder un titre, à faire semblant de vivre et à se combattre entre faiseurs de la même chose?

Quand on ne connait pas sa place, on erre comme un esprit à la recherche d’un corps à habiter. C’était encore mieux la période des anciens, où le secteur était presque sans confusion, où il n’y avait pas encore le fourre-tout que nous observons aujourd’hui.
Petites questions : Qui est artiste en République du Bénin ?
Qui sont ceux qui se plaignent ?
Quel est leur statut légal dans la société ?

LIRE AUSSI :  TALENTS D'AFRIQUE : Quand l'artiste sculpteur ghanéen🇬🇭 Kwame Atoko-Bamfo retrace le déluge vécu par les esclaves dans la mer de l'océan Atlantique

D’aucuns parleraient de carte d’artiste, de carte de membre du Bubedra etc….pendant qu’à côté, dans les tiroirs, existent un joyau, classé et ignoré : le décret 2011-322 du 02 Avril 2011 portant statut de l’artiste en République du Bénin, préfacé et signé avec des mots forts et recommandations spéciales de responsables encore aux affaires aujourd’hui.

Pour l’intérêt d’une saison, nous passons chaque jour à côté de l’essentiel.
Des décisions mortelles sont prises, mais en réalité, contre X, car l’inconnu n’existe pas, ne se reconnaît pas et n’est pas prêt de s’organiser pour une existence légale.

Le SYNACUB exige la mise en application du statut de l’artiste avec notamment l’installation de la maison de l’artiste, qui passe par la classification des professionnels du secteur.
Le SYNACUB invite tous les acteurs de la chaîne de valeurs artistiques à se remettre en cause, à s’unir pour mener le bon combat et s’écarter de la distraction, de la plaisanterie, de la méchanceté gratuite, afin de mériter respects et une attention particulière des décideurs.

LIRE AUSSI :  CINÉMA/ "Madame... Monsieur" : Cette série camerounaise du moment qui emballe à grand flot, des milliers de cinéphiles !

Le SYNACUB se rend disponible à se mettre aux côtés de syndicats et associations soucieux de défendre le secteur culturel en République du Bénin.

Quand on est pas organisé, on ne peut qu’être marginalisé !

Vivement que les activités reprennent pour tout le monde ou qu’on arrête tous de vivre. La faim et l’incapacité de répondre aux charges tuent plus vite que la Covid19 dont nous sommes certes conscients de l’existence, avec la grande volonté de respecter les mesures barrières.

Que l’intérêt général prime sur tout dans le secteur

Que la mendicité cesse au profit de la valorisation d’un secteur qui emploie beaucoup de béninois et révélateur de valeurs au plan identitaire bien au delà d’un football à considérer certes, ma foi bien organisé, mais hélas, symbole réel d’une masturbation sans jouissance.

LIRE AUSSI :  10 ans du projet « Ma Culture, Mon Futur » : Alexandrine Avognon réussit l’encrage qui booste les valeurs culturelles propres au Bénin

L’artiste au Bénin ne mérite pas ça.

Vive la culture béninoise que nous présentons si chère à l’extérieur pendant que les acteurs souffrent d’un manque d’expression au pays !

Vive le gouvernement s’il nous écoute !

Vive le Bénin !

Message à nos âmes et consciences

Remerciements du SYNACUB

Gildas LANTONKPODE

SG SYNACUB

✍🏾La Tempête Infos

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Send this to a friend