Quotidien Béninois , d'Informations , d'Analyse et de Publicité

Arrestation de deux soldats ivoiriens au Burkina Faso : Trois choses à savoir sur l’affaire et la nouvelle réaction du gouvernement ivoirien

0 3 533

Depuis le 19 septembre 2023, deux gendarmes ivoiriens sont détenus à Ouagadougou par les autorités Burkinabées, suite à leur interpellation au nord-est du pays, au niveau de la frontière.

✍🏾Loth HOUSSOU

Venus de la gendarmerie de Bouna, chef-lieu de la région de Bounkani, les soldats avaient été interpellés non loin du site d’orpaillage clandestin du village de Kwamé Yar. Selon leur déclaration, ils ont traversé par mégarde la frontière lors d’une course-poursuite contre les orpailleurs. Alors qu’ils espéraient être renvoyés dans leur pays après l’incident diplomatique, les soldats ont été transférés à Ouagadougou, où ils sont détenus.

Plus de deux mois après leur arrestation, les autorités Burkinabées n’ont toujours pas dévoilé les faits reprochés aux gendarmes ivoiriens. Cependant, les autorités ivoiriennes avaient affirmé le 28 septembre 2023 que « les deux gendarmes vont bien… il n’y a aucune alerte les concernant », tentaient-ils de rassurer.

Pas de négociation

Interrogé lors d’une intervention sur RFI, samedi 25 novembre 2023, le Ministre ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité, Vagondo Diomandé déclare qu’il n’y a pas de négociation entre les deux États sur cette question. « Je ne suis pas informé d’une quelconque négociation sur cette question. Je suis toujours dans la logique que nos frères du Burkina décident de nous remettre nos deux gendarmes, exactement comme nous avons eu l’habitude de le faire entre nous. Par le passé, nous avons eu des cas similaires où des membres des forces de défense et de sécurité burkinabè se sont retrouvés en territoire ivoirien par mégarde », rapporte L’investigateur du Jour.

Cette détention des deux gendarmes ivoiriens rappelle celle des 49 soldats ivoiriens accusés de mercenaires. Ils avaient été arrêtés à l’aéroport international de Bamako au Mali, en juillet 2022. Malgré que certains aient été condamnés à 20 ans d’emprisonnement ferme et d’autres, à mort, ils avaient finalement été graciés et libérés par le pouvoir du Colonel Assimi Goita, en janvier 2023.
➖➖➖➖
Abonnez-vous à notre chaîne TELEGRAM pour nous suivre 24h/24, en cliquant ici 👇🏾
https://t.me/latempeteinfos

Loading...
X