Après leurs condamnations : Et si le gouvernement béninois initiait des formations professionnelles obligatoires au profit des cybercriminels en prison ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Plus que préoccupante, la situation devient de plus en plus inquiétante, et donne du fil à retordre. Jamais, les prisons du Bénin n’avaient accueilli autant de jeunes, en si peu de temps. Selon les informations de l’Office centrale de répression de la cybercriminalité (OCRC), au cours de l’année judiciaire 2020-2021, 360 cybercriminels (Gaymen) ont été condamnés. 451 l’ont été au cours de l’année judiciaire 2021-2022 et 263 en 2023, de janvier à avril. Et ce n’est pas fini !

En dehors de ceux qui croupissent dans les prisons, plusieurs centaines de jeunes cybercriminels sont également en attente d’être jugés par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). La traque contre le fléau étant désormais sans relâche, les chiffres vont davantage s’alarmer, au fur et à mesure.
Cependant, la question qu’on se pose, c’est de savoir ce que vont devenir ces cybercriminels, après leur sortie de prison, 5 ans, 7 ans, 10 ans après ?

Selon les déclarations de plusieurs spécialistes des questions de développement contactés par la rédaction du quotidien La Tempête Infos et qui requièrent l’anonymat, il s’agit d’une problématique qui nécessite un appart de solution de la part des gouvernants. « Généralement, un jeune désœuvré qui passe au moins 5 ans en prison, devient pour la plupart du temps, un danger pour la société. Non seulement il augmente le taux de chômage, contribue à l’enracinement de la pauvreté, il est susceptible de se reconvertir en un véritable hors la loi qui perturbe la quiétude de son entourage : vol, braquage, etc. Et qu’en dire de ces centaines, voir des milliers de jeunes cybercriminels qui vont passer 5 ou 10 années en détention ? », s’inquiète l’un des spécialistes contactés.

À les en croire, instituer des formations professionnelles pratiques et « obligatoires » à leur profit dans les prisons, pourrait résoudre l’équation à un niveau. L’un des experts va loin en proposant qu’il leur faut des types de formations ayant rapport à l’informatique, domaine dans lequel ils sont doués.

Le gouvernement de Patrice Talon va-t-il être sensible à cette suggestion ?
Wait and see.
➖➖➖➖
Abonnez-vous à notre chaîne TELEGRAM pour nous suivre 24h/24, en cliquant ici 👇🏾
https://t.me/latempeteinfos

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.